Youtube Pinterest Flickr Facebook Instagram

Historique - A partir du XVIIIème siècle...

Château de Reinach, Hirtzbach
cliquez pour agrandir l'image Château de Reinach, Hirtzbach

Le XVIIIe siècle est une période de prospérité, marquée par le développement de l’agriculture avec l’introduction de la pomme de terre vers 1720, le début de l’industrie (forges, textile...) La prise de la Bastille en 1789 a un grand retentissement dans le Sundgau. De nombreux désordres éclatent à Hirsingue, Carspach, Hirtzbach, Seppois le Bas, Ferrette... On s’attaque aux maisons des juifs prêteurs d’argent. Les familles nobles émigrent, les couvents sont fermés, détruits (Lucelle). En 1790 est créé le département du Haut Rhin englobant le Sundgau, Altkirch devenant chef-lieu de district.

Le Sundgau connaît le retour à l’ordre sous le Consulat et l’Empire et reste essentiellement une terre agricole. A la fin de l’Empire, le Sundgau est envahi par les Wurtembergeois, les Badois et les Russes. Les Alliés ne quittent définitivement le Sundgau que le 11 novembre 1818.

L’agriculture se maintient comme principale activité au XIXe siècle, en se modernisant un peu. Mais l’assolement triennal reste une tradition bien ancrée. La croissance démographique est importante et alimente une forte émigration vers les industries de Mulhouse et vers le continent américain. Parmi les rares industries qui s’implantent dans le Sundgau notons les tuileries de Gilardoni (Altkirch), les poêles en faïence de la Maison Hanser, les poteries et poêles Wanner (Linsdorf), la construction de métiers à tisser de Xavier Jourdain (Altkirch), le tissage des rubans de soie de Foltzer (Tagolsheim), tissages Emanuel Lang (Waldighoffen), des brasseries (Altkirch) et des ateliers de typographie et lithographie (Altkirch, Ferrette...)
 

Emeutes Durmenach en 1848
cliquez pour agrandir l'image Judenrumpel de 1848 Durmenach

En 1824 débute la construction du canal du Rhône au Rhin qui traverse le Sundgau et en 1840, la ligne de chemin de fer Mulhouse-Saint Louis. Sous le Second Empire Bazaine construit la voie ferrée Mulhouse-Belfort.

En 1848, suite à un important mouvement antisémite (Durmenach, Altkirch, Hirsingue), les Juifs quittent peu à peu les villages sundgauviens pour les centres urbains.

La guerre de 1870-71 va rompre cinquante années de paix. Les combats commencent dans la région de Kembs, fin septembre 1870 tout le Sundgau est occupé par l’armée allemande. Après le traité de paix du 10 mai 1871, le Sundgau est annexé à l’Allemagne.

Après une période d’adaptation, le développement industriel reprend avec l’implantation de nouvelles industries. Le Sundgau s’ouvre vers le reste du département, faute de pouvoir commercer avec le Territoire de Belfort, resté français. En 1874, une ligne télégraphique relie Altkirch à Ferrette. En 1891, le chemin de fer relie ses deux villes et d’autres voies sont construites entre Dannemarie et Pfetterhouse (1910) et Blotzheim-Waldighoffen (1915). Plusieurs églises sont reconstruites (Saint Morand à Altkirch, Ballersdorf...). En cette fin de siècle, le Sundgau reste un grand producteur de céréales et de bétail de boucherie et d’élevage.

Viaduc Dannemarie, août 1914
cliquez pour agrandir l'image Viaduc Dannemarie
dynamité par le génie français , 1914

La Première Guerre mondiale s’abat surtout sur l’ouest de la région. Dès les premiers jours d’août 1914, les troupes françaises cantonnées près de Valdieu font sauter le viaduc de Dannemarie. Les combats font rage. A partir de janvier 1915, le front sundgauvien reste stationnaire. Des bombardements ont lieu dans divers villages du sud-ouest. En décembre 1915, le commandement allemand décide d’évacuer la population de nombreux villages. Leur exil durera jusqu'à la fin de l’année 1918.

Pendant l’entre-deux guerre, quelque 200 étangs sont aménagés pour l’élevage des carpes.

La paix est de courte durée. La défaite de 1940 amène l’occupation du Sundgau par l’Allemagne. Sous un régime de terreur nazie, la population est victime de déportations, d’emprisonnements, d’exécutions et de la mobilisation forcée des hommes de 17 à 38 ans. Certains tentent de s’évader vers la Suisse. Le 19 novembre 1944, Seppois le Bas est le premier village libéré, suivi par Altkirch deux jours après. Mais les combats acharnés ne prennent fin dans la poche de la Largue que le 20 décembre.

Retour haut de page