Agenda des sorties Carte interactive
CRAC Alsace

Love Song : exposition personnelle de Pedro Barateiro

Du 6 mars au 15 mai 2022, Love Song, exposition personnelle de Pedro Barateiro, avec des œuvres de Mário Varela Gomes et Aurélia de Souza, sur un commissariat d’Elfi Turpin.

Lors d’un récent voyage dans les Açores, sur l’île de Terceira, j’ai visité la station météorologique d’Anga do Heroísmo, qui surveille les tremblements de terre, les températures et les vents. L’archipel est situé dans l’Atlantique Nord, où se forme l’anticyclone des Açores, une zone de haute pression qui exerce une forte influence sur la météorologie européenne et nord-américaine.

Le vent a joué un rôle déterminant durant la colonisation portugaise. La capacité à manipuler le vent, les courants marins et les instruments de navigation a amené un groupe d’êtres humains à massacrer, réduire en esclavage et contaminer d’autres êtres humains au nom d’une mission civilisatrice. Cette période est considérée comme le point de départ de la mondialisation et du capitalisme moderne. La culture européenne—qui repose sur la domination de la nature au moyen de l’agriculture—a cherché à diffuser son idéologie. Une fois libérés de la religion, la science et les mythes anthropocentriques (ou les multiples fictions) ont pu contribuer à promouvoir le capital individuel en tant que moyen d’émancipation corporelle et spirituelle ultime. La culture a été forgée et manipulée par l’esprit humain et mise en actes par des corps réprimés. On a construit et chéri une culture de la répression; on a réifié le corps humain par l’entremise de l’art et de la science. La production matérielle est devenue une obsession. On a amélioré le tain des miroirs pour accompagner et contenter l’expansion perpétuelle du regard humain. Le choc était inévitable: un choc opposant l’être et l’environnement.

Dans son livre Premiers Matériaux pour une Théorie de la jeune fille, Tiqqun écrit: «Au début des années 20, le capitalisme se rend en effet compte qu’il ne peut se maintenir comme exploitation du travail humain s’il ne colonise pas aussi tout ce qui se trouve au-delà de la sphère stricte de la production. Face au défi socialiste, il lui faut lui aussi se socialiser. Il devra donc créer sa culture, ses loisirs, sa médecine, son urbanisme, son éducation sentimentale et ses mœurs propres, ainsi que la disposition à leur renouvellement perpétuel.»

Lors de mon voyage, j’ai longuement marché en solitaire au sein des Mistérios Negros [Les mystères noirs], une formation rocheuse volcanique qui s’étend au milieu de buissons bas. Subitement, entre les rochers, le vent, les nuages filant au-dessus de moi et l’humidité ambiante, je ne savais plus si je me trouvais au sommet d’une montagne ou sous la surface de la mer. J’ai eu la sensation étrange d’appartenir à cet endroit tout en prenant conscience de l’absolue futilité de ma présence au milieu de ces pierres. Et, pendant quelques minutes, j’ai disparu. Sur l’île, j’ai ressenti une grande variété d’émotions changeantes. Tout allait plus vite, et le vent semblait vouloir parler. J’ai dû cesser d’essayer de comprendre ce qui se passait autour de moi et me contenter d’être là. J’étais présent. J’étais conscient de ma présence. J’ignore pourquoi j’évoque tout cela. Je cherche souvent l’absurdité qui se cache derrière nos actes et nos objets du quotidien, comme on cherche une raison d’être.

En réalité, j’ai beaucoup songé au vent. Le vent, comme le temps, peut se ressentir et se représenter. Ses effets concrets sont innombrables, et pourtant, il n’a pas de forme. Tout cela est lié à mon intérêt pour l’immatérialité, le discours, les sensations sans représentation. J’ai eu l’impression d’être un ordinateur quantique, tenant compte en permanence de la rotation de la Terre, des transformations et des évolutions des choses dans mes calculs. L’une de mes obsessions est de visionner la webcam de la Station spatiale internationale (ISS), qui observe la rotation de la Terre. L’ISS est également une station météorologique qui, à la manière d’un espace d’art, prend la mesure des changements environnementaux et tente de prédire les événements futurs et leurs conséquences sur nos vies. Elle me permet de m’assurer que je suis bien là—que nous sommes bien là. Nous pouvons attester de la réalité des images captées par ces caméras, ou du moins convenir que celles-ci existent et captent des événements qui se déroulent devant elles. Nous sommes en tout cas plusieurs à le croire. Il est vital de combattre l’ignorance avec des faits.

 

Description

Lieu de la manifestation/de départ :
Centre Rhénan d'Art Contemporain, 18 rue du Château - ALTKIRCH
Organisé par :
Le CRAC Alsace - Altkirch
Commentaire court :
L'exposition Love Song est réalisée en partenariat avec la Casa da Cerca—Centro de Arte Contemporânea, Almada, dans le cadre de la Saison France-Portugal 2022, et reçoit le soutien de la Fondation Calouste Gulbenkian—Délégation en France.
Type d'évènement, exposition
  • Exposition

Horaires

Horaires d'accueil :
du mardi au dimanche : 14h-18h

Tarifs

Tarifs :
Accès libre

Contact

18  rue du Château
68130  Altkirch
TéléphonerContacter par téléphone
E-mailContacter par mail
Site webVoir le site Web

Renseignements

CENTRE RHÉNAN D'ART CONTEMPORAIN (CRAC ALSACE)
18 rue du Château
Centre Rhénan d'Art Contemporain (CRAC)
68130 Altkirch
E-mailContacter par mail
Site webVoir le site Web
Distance (km) à la gare la plus proche :
0

En images

Centre Rhénan d'Art Contemporain - Altkirch - © CRAC Alsace - © CRAC Alsace - © CRAC Alsace - © CRAC Alsace - © CRAC Alsace

Le Sundgau sur les Réseaux

Haut de page