Agenda des sorties Carte interactive

Patrimoine militaire

Un guide gratuit de 70 pages retraçant les vestiges sundgauviens des trois dernières grandes guerres (1870, 1914-1918 et 1939-1945) est disponible dans nos bureaux ou sur simple demande. Ce guide du tourisme de mémoire du Sundgau propose des itinéraires de découverte thématiques, agrémentés de cartes, d’illustrations et d'articles sur des sujets importants, tels que la délimitation de la frontière franco-allemande de 1871.

Koestlach possède un riche patrimoine que nous proposons de découvrir grâce au circuit du patrimoine. Deux possibilités s’offrent à vous :

1)      Le circuit historique à travers le village pour découvrir le prestigieux mobilier de l’église Saint-Léger, mais également la chapelle Notre Dame des Sept Douleurs, les légendes du Kugele et du village d’Erzach, le presbytère de Nicolas Delfis et les vestiges d’un ancien établissement gallo-romain.

2)      Le circuit pédestre d’une durée de 2h30/3h  qui vous fera gravir les pentes du Burgerwald pour explorer l’oppidum celte du Kasteberg avant de visiter le village (balisage anneau bleu, distance 7 km, dénivelé 215 m).

  • Poste optique du Stolzenfels

    Poste optique du Stolzenfels

  • Eglise d'Obermorschwiller

    Eglise d'Obermorschwiller

Le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France, l’Alsace est allemande depuis 1871. Trois parcours balisés relatent les combats d’Août 1914 qui se sont déroulés dans ce secteur. Ils sont agrémentés de panneaux qui relatent des témoignages, présentent les hommes tombés au combat, et replacent dans leurs contextes ces batailles qui avaient pour objectif de reprendre l’Alsace. Départ depuis Wittersdorf (8,4 km), Luemschwiller /Obermorschwiller (6 km), Heiwiller/Tagsdorf (7 km).

  • Sentier des Marocains de Winkel

    Sentier des Marocains de Winkel

  • Sentier des Marocains de Winkel

    Sentier des Marocains de Winkel

La commune de Winkel vous accueille sur ce sentier touristique dit "Sentier des Marocains" pour une rencontre avec son histoire et son patrimoine.

Entre 1929 et 1940, pour se prémunir de toute invasion ennemie, la France a construit le long de ses frontières du Nord Est une véritable muraille d'ouvrages fortifiés : la ligne Maginot.

A Winkel, dans sa partie la plus au sud, sa construction inachevée enter 1939 et 1940 était étroitement liée à la vie d'un régiment de tirailleurs marocains. En leur souvenir, un chemin portait déjà leur nom. C'est désormais tout un parcours.

Trois circuits sont proposés : 2,6 km - 3,6 km, 5,6 km.

Vous découvrirez aussi des milieux riches, variés, typiques du Jura alsacien, faits de forêts, de pâturages et de paysages remarquables, ainsi qu'un ensemble de vestiges de la ligne Maginot (casemates, défenses antichars, abris, etc...) devenu aujourd'hui des  témoins de l'histoire  et un authentique élément de l'identité locale.

Profitez de votre visite à Winkel pour découvrir la source de l'Ill, principale cours d’eau d’alsace, située à quelques pas du Sentier des Marocains.

Porte du Sundgau, Illfurth est aussi un haut lieu d’histoire. Les combats de 1ère Guerre Mondiale s’abattent dans le Sundgau à partir d’août 1914. En effet les français font sauter le viaduc de Dannemarie et le front se stabilise et s’étend des Vosges à la frontière suisse.

La ligne de front passait à quelques kilomètres d’Illfurth du côté de Heidwiller. Au cours de cette visite, vous découvrirez plusieurs bunkers aux vocations multiples, à la fois dépôt de munitions, poste d’observation ou emplacement de pièces d’artillerie, également l’emplacement d’un deuxième grand canon situé à proximité de l’Eglise de la Burnkirch et plusieurs casemates.

 Topoguide téléchargeable sur le site de notre partenaire Visorando.

  • Casemate de Bettlach

    Casemate de Bettlach

  • Sentier des casemates Bettlach

    Sentier des casemates Bettlach

Dans la forêt de Bettlach, directement accessible depuis la commune, un sentier dit des « casemates » d'environ 2km, relie trois imposants fortins de la Ligne Maginot, construits entre 1937 et 1940.

Ce sentier  est jalonné d’excellents panneaux explicatifs qui racontent l’histoire de cette ligne Maginot, les efforts colossaux qu’elle a nécessités et le rôle éphémère qu’elle a joué au début de la seconde guerre mondiale.

Un beau point de vue sur le massif du Jura vient pimenter cette petite boucle.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, la Résistance alsacienne se structure et s’organise tant en Alsace qu’à l’extérieur où l’on s’efforce de regrouper tous les Alsaciens dispersés dans le Sud-Ouest ou réfugiés en Suisse.
Seppois le Bas
  • Réaménagement de l'entrée d'un blockhaus, circuit du Km 0

    Réaménagement de l'entrée d'un blockhaus, circuit du Km 0

  • Soldats français à la frontière franco-suisse en 1916

    Soldats français à la frontière franco-suisse en 1916

Le sentier du Km 0 permet de découvrir sur un parcours de 7,5 km, en terrain plat et boisé, les  vestiges variés des trois fronts : le français, le suisse et l’allemand. Le parcours peut se réaliser dans les deux sens.

De 1871 à 1914, Pfetterhouse était le village des trois frontières. La borne des trois puissances, là où se rencontraient les frontières de France, de Suisse et d’Allemagne, était devenue un attrait touristique et un lieu de convivialité internationale.

A l’automne 1914, les Français fixèrent le début du Front à la frontière suisse du Largin. La borne frontière n° 111 devint alors le Kilomètre Zéro du front Ouest.

L’association des Amis du Kilomètre Zéro oeuvre, à travers ce sentier de découverte,  pour faire connaître et valoriser ce lieu chargé d’histoire et de symboles.

Les travaux qu’elle a entrepris ont permis de restaurer plusieurs ouvrages en béton sur la ligne de front, librement accessibles et sécurisés.

Topoguide en vente à l'Office de Tourisme pour le prix de 1€ la fiche ou 10€ les 17 topos pédestres. Topoguide téléchargeable sur le site de notre partenaire Visorando.

Avant la réunion de l’Alsace à la France, Huningue était un village. Louis XIV ayant confié à son architecte Vauban la défense des frontières du nord-est, de Belfort à Landau et à Phalsbourg. celui-ci établit les plans d’une puissante forteresse pour défendre cette tête de pont stratégique. Le musée raconte l’histoire des 3 sièges entre 1796 et 1815. L'artiste Edouard Detaille immortalisa la sortie glorieuse des 50 survivants de la garnison en 1815, puis la forteresse fut démantelée.
Huningue
  • Musée Sundgauvien d'Altkirch

    Musée Sundgauvien d'Altkirch

  • Musée Sundgauvien d'Altkirch

    Musée Sundgauvien d'Altkirch

 En raison de la crise sanitaire actuelle, le musée est fermé jusqu'à nouvel ordre

Abrité dans un bel immeuble Renaissance, résidence des anciens baillis, le Musée Sundgauvien présente l’histoire, la vie, les coutumes du Sud de l'Alsace et plus particulièrement du Sundgau. 

Altkirch
La casemate de l'Aschenbach est l'un des 32 ouvrages de ce type construits dans le Sundgau entre 1936 et 1940 afin de renforcer la ligne Maginot. Le secteur d'Altkirch comptait aussi 7 casemates d'artillerie à 2 pièces de 75 mm chacune (portée 11 km). Leur mission principale était d'empêcher un éventuel débordement ennemi par la région bâloise et le territoire suisse.

Cette casemate en béton armé possède une cloche blindée d'observation, 2 canons antichars de 47 mm, 2 mitrailleuses de 8 mm, 3 fusils-mitrailleurs et 3 goulottes lance-grenades.
15 hommes environ occupaient l'ouvrage, commandés par un lieutenant et 3 sous-officiers.

Cet ancien ouvrage militaire, déclassé en 1970, a été pris en charge en 1991 et en tant que patrimoine historique local, a été entièrement restauré par les membres de l'association Mémorial Maginot de Haute-Alsace. Il constitue aujourd'hui l'unique témoin de ce type visitable sur la ligne Maginot.
Uffheim
 

Le Sundgau sur les Réseaux

Haut de page